Un parrain, une marraine

Coureurs au large tous les deux, ils sont aussi skippers pour A Chacun Son Cap. Nous sommes heureux et honorés de les avoir à nos côtés !

IAN LIPINSKI

Originaire de la région parisienne, Ian découvre la mer sur un thonier à voiles breton.

Puis il reprend ses études, obtient une maîtrise de physique et un diplôme d’ingénieur Supaéro.

Après avoir goûté aux plaisirs du vol-à-voile, il revient à la voile, enseigne l’art de naviguer aux Glénans, puis part sur l’Atlantique sur son premier bateau, un ketch de voyage.

C’est alors qu’il découvre la « Classe Mini » et qu’il décide de se lancer dans l’aventure de la course au large. En 2012, il débute en circuit Mini 6.50 à bord d’un Pogo 2 d’occasion, le 539. Il décroche sa première victoire l’année suivante sur le très réputé MiniFastnet. Malheureusement, il n’atteint pas son objectif de victoire sur la Minitransat 2013, suite à un chavirage au large du Portugal.

Qu’à cela ne tienne, Ian devient « coureur chantier » pour le chantier Prépa Nautic et participe à l’élaboration de l’Ofcet 6.50… avec lequel il gagnera la MiniTransat 2015, dans la catégorie Série.

Il remettra le couvert deux ans plus tard à bord de Griffon, un plan David Raison, en remportant la MiniTransat 2017, en proto cette fois-ci. Ce doublé est une première dans le circuit Mini.

L’aventure continue avec David Raison, mais en Class40 désormais. Grâce au soutien du Crédit Mutuel, Ian se lance dans la construction d’un 40 pieds qui reprend les lignes si particulières de Griffon. Ce pari tient toutes ses promesses puisque Ian remporte la Transat Jacques Vabre 2019, en duo avec Adrien Hardy.

Prochaine étape pour notre parrain, une transat en solitaire : la Route du Rhum 2020.

Le site de Ian : ianlipinski.com

ANNE LIARDET

Finistérienne, Anne a la passion de la mer chevillée au corps.

En 1985, elle est devenue la toute première navigatrice à boucler la Mini Transat. Après deux Solitaire du Figaro (en 1986 et 1987), une tentative de record entre New York et San Francisco en multicoque (en 1989) et une Route du Rhum (en 1990), elle s’est éloignée des pontons pour se consacrer pleinement à ses enfants.

Rattrapée par la passion de la course au large, elle fait son retour à l’occasion du Défi Atlantique 2003 avant de s’engager sur la Transat Anglaise 2004, à bord d’un monocoque de 60 pieds IMOCA.

Son rêve de Vendée Globe se concrétise en 2004. Durant 119 jours, la navigatrice finistérienne n’a pas son pareil pour raconter l’aventure et partager son émerveillement face à la beauté des éléments. Mais Anne ne se contente pas de faire rêver le public, elle démontre aussi qu’elle est une compétitrice acharnée, capable de s’extirper de situations délicates. En s’emparant de la onzième place, elle devient la troisième femme à terminer classée le Vendée Globe après Catherine Chabaud en 1996-1997 et Ellen MacArthur en 2000-2001.

De 2005 à 2007, Anne participe à deux transats Jacques Vabre, une Route du Rhum et une Route de l’Équateur.

Son goût pour la course au large en solitaire est là plus que jamais. Aujourd’hui elle prépare un retour à ses premiers amours, le circuit Mini 6.50, à bord d’un Maxi 650. Son objectif, courir la MiniTransat 2021 sous les couleurs de Cancer@Work, une cause qui lui tient à coeur.

Le site de Anne : www.anneliardet.com